Hagi

Yamaguchi Hagi

HAGI 萩 (Préfecture de Yamaguchi).

Dans la préfecture de Yamaguchi, située à la pointe occidentale du Honshu (île principale du Japon), se trouve la ville de Hagi. Elle repose dans le delta du fleuve « Abu » et est entourée à l'est, au sud et à l'ouest par des collines. A partir des années 1600, elle prospéra comme une ville féodale de la famille « Mori », le principal clan de la région. Hagi est aussi la ville natale de beaucoup d'hommes politiques ayant joué un rôle important au cours des époques antérieures à l'ère Meiji.

Yamaguchi Hagi Le château de Hagi a été construit par « Terumoto Mouri », qui en fit sa résidence, en 1604 après sa défaite à la bataille de « Sekigahara ». Avec la restauration de 1869, le nouveau gouvernement de Meiji ordonna que le château soit démantelé et le suzerain de l'époque, afin de montrer son allégeance au gouvernement, le fit détruire en 1874. De nos jours, les restes du château sont visibles dans le parc « Shizuko », où l'on peut trouver aussi ceux d'un sanctuaire, de la Maison de thé « Hananoe » et de la cour Est. Le parc est célèbre pour la beauté de ses cerisiers en fleurs.

Vous trouverez aux alentours de ces ruines, la maison et les dépendances des membres du clan de la famille Asa Mori utilisées par les soldats et les domestiques. Ayant une longueur de 51,5 m et une largeur de 5 m, elle était longue et étroite. Chaque pièce possède des fenêtres et des portes en treillis, toutes strictement alignées.

Aujourd'hui encore, la ville respire cette atmosphère féodale. Dans les ruelles paisibles de la ville qui jouxtent le château, on peut admirer les vieilles résidences des samouraïs de « Horiuchi ». Cette zone est divisée en 3 parties : celle des soldats de classe moyenne, celle des riches politiciens et enfin celle des négociants assujettis au gouvernement.

La ville s'abritant au pied du château est symbolisée par les rues « Edoya », « Iseya » et « Kikuya », qui sont considérées comme des trésors nationaux. Les ruelles sont reliées a l'artère principale qui les rattache ainsi au château. A chaque coin de rue, on s’attend à tout moment à voir surgir des samouraïs.

L'étang « Myojin » est apparu après l'éruption du volcan « Kasa Yama ». Il est relié à la mer à travers les roches et son eau est salée. Le cône volcanique qui le surplombe du haut des 112 m offre une vue magnifique sur la mer du Japon et ses îlots en forme d'anneau. Le cratère d'un diamètre et d'une profondeur de 30 m abrite une végétation luxuriante.

On recense 16 000 camélias de diverses sortes et ils sont préservés comme joyaux locaux.

La route principale est bordée par le cours d'eau « Aiba-Gawa » qui est utilisé pour l'irrigation des rizières et la navigation de petits bateaux. On peut y voir de nombreuses carpes nageant entre les eaux. Il est aussi possible de visiter le temple « Daisho-In », un de ceux du clan de la famille Mori. Il a été construit en 1656, des stèles des principaux dignitaires et du seigneur sont dressées dans la cour arrière. La porte principale, la tour, sa cloche, le sanctuaire, le jardin et les glycines qui y poussent sont tous exceptionnels.

Yamaguchi Hagi Le « Shoka-Son-Juku » constitue un autre site intéressant à visiter. C’était une petite académie dans laquelle « Shoin Yoshida » enseigna à ses disciples de 1857 à 1860. A l'origine, le bâtiment était constitué d'une seule salle de huit tatamis, puis elle a été agrandie. Des hommes d'états tels que « Hirofumi Ito », « Shinsaku Takasugi », « Takayoshi Kido », « Aritomo Yamagata », « Kaoru Inoue », « Genzui Kusaka », « Issei Maebara », « Yajiro Shingawa » et « Akiyoshi Yamada » y suivirent l'enseignement du Maître puis devinrent des leaders de la restauration de l'ère Meiji.

L'hiver finissant, à l'approche de la saison des Natsu-Mikan (oranges japonaises d'été), le port de Hagi est illuminé par les teintes lumineuses oranges et jaunes de ces fruits. Ce sont des signes de bienvenue, alors que les vents froids venant de la mer balayent la ville. Les premiers Natsu-Mikan ont été plantés par les classes vieillissantes des Samouraïs qui avaient perdu leur moyen d'existence suite à la restauration de l’ère Meiji. Des graines leur avaient été distribuées, et cela généra la renaissance de Hagi en tant que centre agricole. Aujourd'hui, les arbres Natsu-Mikan sont autant symboliques que l'ancienne ville féodale, que les résidences encore existantes des Samuraïs et que les murs de terre construits au XIXème siècle par les épouses des Samuraïs pour protéger la ville de l'attaque des vaisseaux de guerre étrangers.

Hagi est aussi célèbre pour sa poterie traditionnelle « Hagi-Yaki ». De nos jours, elle est très appréciée du fait qu'elle est fabriquée de façon traditionnelle et avec un sens moderne de l'art originel. Ses couleurs sombres, ses motifs classiques et plus particulièrement son vernissage vif et très clair sont les caractéristiques qui l'ont fait connaître.

L'histoire de cette poterie est fascinante. Les techniques employées viennent initialement de Corée. Les potiers arrivés à Hagi furent pris sous la protection du clan de la famille « Mori » qui favorisa le développement de cet art.

En 1592, le célèbre seigneur de guerre « Hideyoshi Toyotomi », afin d'assouvir ses vues sur la Corée, leva une armée de 160 000 guerriers dans la région occidentale du Japon. L'expédition fut un fiasco militaire, mais les répercussions sur la région de Hagi furent importantes. L'armée de « Hideyoshi » ayant rapporté 300 céramiques, les historiens se réfèrent à cette tentative d'invasion avec les termes de « guerre en céramiques ». Elles furent toutes exécutées par des maîtres coréens, très habiles dans la production du « Korai », bols très estimés au Japon. On prétend que plus on utilise un objet de la poterie de Hagi, plus il devient beau.

Yamaguchi Hagi Un autre site intéressant à visiter est le temple de « Tokoji » du clan « Mori ». Le cimetière de ce clan, fondé par un prêtre bouddhiste zen, côtoie le temple. Vous y trouverez 500 lanternes de pierre alignées consacrées par les soldats de ce clan. On peut observer la structure chinoise de l'édifice, la tour de la cloche, la porte externe, la porte interne, etc... A la morte saison, Hagi est une ville endormie. Afin de la protéger contre les nuisances d'un urbanisme exacerbé, la municipalité a passé une ordonnance visant à préserver tous les sites. Tous les visiteurs, vantant la beauté naturelle et la chaleureuse hospitalité des habitants, promettent d'y revenir.

Comment se rendre à Hagi ?

Train JR Shinkansen Kodama de Hiroshima à Asa (62 mn)
Changement à Asa
Train JR Ligne Mine de Asa à Nagatoshi (65 mn)
Changement à Nagatoshi
Train JR Ligne San-in de Nagatoshi à Hagi (32 mn)

Cette ligne de la compagnie ferroviaire JR permet l’utilisation du Japan Rail Pass que vous pourrez commander ICI.

hotel & ryokan Quel hébergement ?
Tentez l’expérience et dormez à la japonaise dans un ryokan situé dans une station thermale à « Yumoto onsen », par exemple.

Lors de votre voyage au Japon, n’oubliez pas de visiter les villes de Tottori, Matsue et le sanctuaire Izumo Taisha.

(1) Vous pouvez consulter le site officiel de la préfecture de Yamaguchi et celui de son office de tourisme aux adresses suivantes : site officiel de la préfecture de Yamaguchi, Office de tourisme de la préfecture de Yamaguchi
Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter par courriel boite mail à l'adresse : info@voyage-japon-nta.com

retour home

Mentions Légales, Conditions de vente du JR-PASS, Plan du site

Copyright NIPPON TRAVEL AGENCY Co.,LTD. All rigths reserved.